Vallée du Rhône

 

Nous y voilà, pied à terre. La route de Grignan passe sous la ligne de TGV, pas de soucis donc, puis c'est le pont au dessus de l'autoroute et enfin le rond point sur la route nationale ; petite pause dans le défilé des gros tonnages qui se succèdent, j'en profite, nous traversons... et hop nous voici à l'abri dans la zone artisanale voisine. Je retrouve avec soulagement les chemins ruraux et sentiers, plus adaptés à mon équipage. Azimut plein ouest, nous sommes à mi chemin entre Chateauneuf du Rhône et Donzère... « Mais c'est que c'est encore diablement loin le Rhône au rythme des copines ! » Alternent quelques belles propriétés discrètement nichées dans les combes, et des espaces de végétation rase, balayée par le vent. Ca souffle pas mal, pas trop envie de traîner.

L'arrivée au dessus du fleuve, par contre, ça a de la gueule ! Un dernier escarpement à dégringoler par un joli sentier, petit passage sous la voie ferrée et nous voici sur le chemin de halage qui longe le Rhône. Plus de vent qui fouette, mais l'atmosphère nonchalante du fleuve qui invite au pas paisible, par lequel je rejoins, plein sud, le “pont du Robinet“.

Sur le pont, par contre ça souffle dru, et c'est d'un pas vif que nous prenons pied en Ardèche.

Bords du Rhône – “Via Rhôna“ impeccablement aménagée, lissée, nickel ; pensée chaleureuse pour ma sœur Brigitte et son compagnon Bruno, qui aménagent avec goût et passion, leur maison d'hôte, justement sur la Via Rhôna, mais sensiblement plus au nord, à Andancette. Du coup je leur dédie la photo des copines devant le panneau !

https://www.facebook.com/Villa-Rhôna-822114211233861/

 

Impeccablement aménagée c'est sûr, pas un gravier qui dépasse, mais je trouve cela bien monotone au pas des mules. Le charme du fleuve à proximité certes, mais les espaces sauvages non aménagés ; perso, c'est plus mon truc ! Me reviennent quelques lectures, d'histoires de mariniers, d'une époque où justement ce fleuve qui a dû être majestueux offrait encore toute sa puissance magistrale.

 

Enfant, dans des années où le futur ne pouvait que briller de milles promesses, je me souviens avoir été emmené par mes parents, fans de tous ces miroirs aux promesses du futur, à une conférence de la Compagnie Nationale du Rhône. On y vantait la majesté du fleuve, et la dimension grandiose de l'oeuvre de domestication ! Nous allions entrer c'était certain, images et maquettes à l'appui, dans une ère du bien être généralisé grâce à la puissance créatrice de tous les beaux cerveaux électriques qui s'activaient. Un demi siècle plus tard, j'avoue trouver, sur une grande partie de son parcours, bien triste cette vallée du Rhône domestiquée, canalisée, aménagée. Et c'est avec envie que je bifurque de nouveau plein ouest pour m'en échapper. Le soleil décline et il est temps de trouver un petit coin de bivouac.

 

 

 

 

 

 

 

Retour sur la table des articles "la campagne de Pinocchio"

Revenir sur le site "tetedemule" et découvrir les séjours muletiers 2017

06 77 80 58 56

Crédit photos :
Merci aux "muletiers - photographes" : Olivia Bousquet - Jacques Chenel - Claire Laurens - Olivier Michaud - Genviève Mitha Cornier - Jessica Pion Roux - Jean Claude Rivoal - Paul Jeitz - Hervé Magnin - Nicole Texier

Site créé avec l'aide de la région Rhône Alpes et de l'Union Européenne

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Compteur        

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats